Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la flamme de mathilde

Un rare recueil poétique moderne et naturel

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde , commentaires actualité

VIVRE AUTREMENT - Jean Sauré  Illustrations Itziar Cordo et Jorge Calvo

Collection Aller plus loin, volume 1

Voici ce que j'en ai pensé après lecture:

"Une perle de livre poétique. Classé en grand sous groupes de sujets de la vie quotidienne, le livre nous baigne tout de suite dans un univers de personnages qu'on a l'impression d'avoir connu depuis toujours!  On ne s'ennuie jamais. La "musique" de ces poèmes est différente pour chaque partie et c'est magnifique. J'ai beaucoup aimé les petites sous-titres ou compléments d'information en fin de poème: ils donnent la sensation d'être en osmose avec l'auteur, comme s'il était vraiment très proche de nous et qu'il nous lisait lui-même ses poèmes. Quant aux illustrations, elles sont très symboliques et nous emmènent à chaque chapitre dans un nouveau monde de poésie. J'adhère moins à l'abondance de couleurs dans les images et les pages. Je trouve qu'il y en a trop. Pourtant, malgré ce petit "reproche", j'ai été emballée par ce livre que je conseille à tous les amateurs de poésie contemporaine."

Vite, venez vous le procurer si cela vous dit sur Amazon et sur Leclerc.

Bonne lecture

Mathilde

(exemplaire gracieusement reçu par l'éditeur)

Voir les commentaires

Tous mes livres en un clic...

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde , le billet d humeur de mathilde , poèmes

J’avais envie de rassembler sur une page simple le lien pour chacun de mes livres. Oui, ils sont hétéroclites, oui, ils s’améliorent les uns après les autres. Voici donc les liens dont j’ai parlé:

Maintenant, vous avez tous les liens pour voir ou acheter mes livres! Si par hasard vous vous décidez à acheter, merci de laisser un commentaire après l’avoir lu. C’est très important pour moi.

Bonne journée

Mathilde

Voir les commentaires

Joyeux Anniversaire Mathilde-Productions!

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde , le billet d humeur de mathilde

Voilà!

Ca fait sept ans que le blog existe! Juste avant mon crash! Je me souviens, je l'ai ouvert pour laisser une trace de moi avant mon départ pour l'au-delà. Ohlala! j'étais mal ces temps là.

J'ai d'abord déversé tous mes poèmes sur le blog. Parfois par une image du poème, manquant de temps pour le réécrire.

Ensuite, après le crash et étant toujours là, j'ai décidé d'écrire ce que je vivais et c'était plutôt glauque à l'époque. J'étais internée à l'Hôpital Psychiatrique de Belle-Idée (quel nom pour un HP!). J'y ai "résidé" près d'un an sans discontinuer. C'était terrible.

Ce qui m'a sauvé, c'est l'écriture!

J'ai décidé, alors que j'allais un tout petit peu mieux, de prendre un cours de scénarisation. Je travaillais dessus environ deux heures par jour. Puis, une fois le cours fini, j'ai eu envie de me lancer dans un roman. C'est ainsi qu'est né dans ma pensée "Le délire du fou du Roi", un roman historico-fantastique traitant de la folie à travers les siècles. J'écrivais tous les jours, à chaque instant libre, selon mon inspiration. C'est ça qui m'a sauvée car j'avais UN espoir, celui d'être éditée un jour...

Et ce jour approche! Le livre sera en ligne le 9 mars prochain. Bien sûr qu'il a été retravaillé, tourné dans tous les sens, coupé et amélioré. Mais chaque fois que je relisais mon travail, je pensais que j'avais été sauvée par lui. Je ne peux qui lui donner honneur en le publiant maintenant que tout va très bien pour moi!

Il a fallu sept ans... ou presque.

Aujourd'hui, le "délire du fou du Roi" s'appelle "Bouffons en délire". Je suis fière de l'avoir travaillé jusqu'au bout de mes possibilités.

Ce blog a donc été les prémices de la reprise de l'écriture et j'en suis ravie. Sept ans! Ca se fête non?

 

Voir les commentaires

Apprendre à gagner, un pas après l'autre

par mathilde

publié dans poèmes , la flamme de Mathilde

L'enfant apprend parfois à ses dépends

A se tourner, à ramper, à se tenir puis à marcher

La main dans la main avec un adulte bienveillant,

Très souvent c'est près du plancher

Qu'il comprend la douleur de son saillant!

 

De petits pas en grandes enjambées,

Il ne faut pas moins de deux années.

Mais une fois solide sur ses pieds,

Il gère sa route sans se fatiguer.

 

Apprendre à marcher, c'est une étape

Apprendre à gagner, c'est une autre histoire.

Sûr de lui, rien ne lui échappe,

Il attire le bonheur et ce n'est pas une tour d'ivoire!

 

Vibrer haut pour atteindre l'abondance

Visualiser pour comprendre

Que l'on vit déjà dans le futur assuré

De notre prochaine félicité!

 

Step by step sur un escalier montant

Petit à petit sous un angle gagnant

Chacun peut y arriver

Il suffit de se concentrer!

 

Mathilde

 

 

 

Voir les commentaires

Passe le message à ton voisin

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde

Il s'agit d'une petite nouvelle drôle sur les difficultés d'écrivain devant la page blanche dont voici un extrait:

Cécile prend le micro en tremblant. Que va-t-elle pouvoir dire? Qu’est-ce qui intéresserait les gens ici?
Elle prend son courage à deux mains et commence.

Mademoiselle, Madame, Monsieur, bonjour et merci d’être présents à cette cérémonie. Elle réfléchit en même temps qu’elle parle…
Je vais vous partager un moment particulier de l’écriture de mon mémoire, à savoir la page blanche. J’ai procrastiné pendant des mois avant de réaliser que j’étais maintenant dans l’urgence d’écrire quelque chose. J’avais mon thème, mais chaque fois que je me mettais devant l’ordinateur pour commencer à rédiger, je ressentais des sueurs froides dans le dos et sur la tête. Je me répétais sans cesse que je n’étais pas capable d’aligner deux phrases cohérentes sur mon sujet d’examen. Une peur panique ne m’autorisait pas à réfléchir et à planifier mon travail.

Cécile reprit une respiration. Elle revivait littéralement ces moments pénibles de l’écriture.

J’avais l’impression d’avoir un poing dans la poitrine, une sorte d’angoisse diffuse. Je respirais à peine puis je quittais mon bureau, soulagée d’arrêter la torture, mais très culpabilisée d’abandonner ainsi le labeur. Et pendant trois semaines, j’ai vécu ces signes et j’ai laissé de côté ma page blanche. Page blanche et humeur noire allaient de paire… J’étais convaincue que je courais à l’échec après trois ans d’études assidues.
Un matin, alors que le temps pressait de plus en plus, je me suis réveillée avec une idée saugrenue. Et si je tentais d’enregistrer mes idées? Juste parler dans le micro de mon thème, sans plan ni organisation. Idée qui a valu son pesant d’or puisqu’alors, j’ai pu donner un ordre à mes idées qui, finalement, n’étaient pas si mauvaises.
Une fois le plan écrit, j’ai retenté l’enregistrement pour l’organisation des idées. J’ai ainsi eu une petite base quant au contenu de mon mémoire.
J’y travaillais tous les matins avant d’aller aux cours. Plus je donnais d’énergie à l’écriture, plus j’étais productive. J’étais assez contente de mes textes mais il manquait un liant entre tout cela et une bonne rédaction… A nouveau je décourageais et laissais mon travail en plan…

 

... La suite dans le recueil de nouvelles "Petites nouvelles en passant"... à venir.

Voir les commentaires

Quand l'écriture rime avec moments dures

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde

Bonjour,

J'écris, j'écris et j'écris encore. Mais depuis 3 jours, c'est extrêmement dur. Se lever à 5h30 avec la paix dans la maison; engager le combat contre le sommeil qui, je ne sais pour quelle raison, s'accroche et me bouffe mon énergie vitale; regarder l'écran et parfois la page blanche comme un défi à relever MAINTENANT; faire et défaire parce que le paragraphe est mauvais ou hors sujet; les yeux fixés sur ce foutu écran blanc taché de noir en me disant: aujourd'hui j'écris quelque chose d'exceptionnel et non, rien!

Soupir

Mes mains sont bien sur le clavier, prêt à chopper la moindre inspiration. Et ils restent ainsi pendant de longues minutes... Où est donc ma muse? Pourquoi je n'arrive plus à écrire quelque chose de bon?

Silence

Je décourage; mais non! je ne décourage pas en fait... J'écris quand même... On ne sais jamais... peut-être qu'à la relecture, j'aurais une idée géniale? Mais pour l'instant, c'est nul!

Bon! allez, j'y retourne...souhaitez-moi bonne chance!

Mathilde

Voir les commentaires

Silence s'il vous plaît!

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde

Les amis! J'ai enfin fini la première version de ma pièce de théâtre "Silence, sil vous plaît!". Je suis heureuse car après 8 mois de travail, l'histoire est finie. Il me reste encore beaucoup de travail pour la préparation de la mise en scène, les corrections, la relecture en externe puis l'envoi à des éditeurs locaux (Genève, Lausanne, Fribourg et Sion). Avez.vous d'autres idées pour les éditeurs?

Un de mes fils m'a dit qu'il ferait le nécessaire pour que sa troupe joue la pièce à Lausanne. Je suis vraiment contente que cette pièce aboutisse! En plus j'en suis très fière car elle sort totalement des sentiers battus, non pour la mise en scène, mais pour le contenu!

Je travaille en ce moment le synopsis que je vais partager sur ce site pour vous donner l'eau à la bouche. Y aurait-il parmi vous un graphiste qui pourrait m'illustrer ma première page de couverture?

A tout bientôt pour la suite de l'aventure...

Voir les commentaires

La nostalgie joyeuse

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde

Il m'a fallu 52 ans pour entendre de la bouche d'Amélie Nothomb qui vient de publier un roman intitulé la nostalgie joyeuse, pour comprendre et changer de cap face à la tristesse liée à la nostalgie des bons moments vécus.

Les bons moments vécus engendrent, en Occident, une grosse nostalgie.

- Zut, je ne serai plus jamais heureuse comme avant

- Le passé était beaucoup mieux...

- Je ne veux pas me souvenir de bons moments pour ne pas pleurer...

- etc.

Et si, comme en Orient, on se souvenait des moments heureux pour nourrir notre présent?

Et si, durant une phase de tristesse, on utilisait l'arme infaillible du souvenir heureux pour remonter la pente?

Il y a dans cette réflexion lancée par A. Nothomb bien de quoi méditer... A bon entendeur.

Mathilde

Voir les commentaires

tout se passe bien pour l'instant...

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde

11ème jour d'hospitalisation. Ca avance très doucement mais sûrement. Les changements s'opèrent en douceur et dans la lenteur de l'unité qui a l'habitude des très longues hospitalisations... Quand j'ai dit que j'étais contente de mes soins au groupe, tout le monde s'est moqué de moi parce que "je viens d'arriver"... attends tu verras...

C'est vendredi fin d'après-midi, les travaux se sont arrêtés dehors et j'ai une nouvelle compagne de chambre très mal en point... une nouvelle comme on dit ici...

Vendredi, c'est la fin de service pour les médecins, le calme dans les couloirs, à part un vieux monsieur de 90 ans qui n'en peut plus d'être enfermé. Il hurle et menace les médecins avec sa pauvre canne. Le chef de clinique vient en vitesse et dit vouloir appeler la sécurité s'il ne s'arrête pas d'hurler... On le calme, je ne sais pas comment, je suis tranquille dans ma chambre.

Vendredi c'est aussi un sursis pour l'augmentation de mon traitement. Faut pas que ca aille trop vite d'après les médecins. Je m'ennuie un peu et mon regard est soudain attiré sur mon livre de chevet: le Zahir de Paulo Coelho. Je vous quitte pour aller lire un moment sur mon lit...

Voir les commentaires

Rien, non de rien, non, il ne se passe rien...

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde

3ème jour d'hôpital. Midi. Il ne se passe rien depuis 2 jours et demi. Je crois qu'ils ne comprennent pas mes besoins et je n'ai vu les médecins que le premier jour. Je n'ai pas tout pu dire ce qui m'affecte. Ce matin, ils m'ont refusé la morphine et je pète de douleurs... Cet après-midi oh! une activité: la psychomotricité. Je ne peux pas faire de gestes alors elle m'a dit vous vous assierez sur une chaise... cool j'ai trop mal assise.

Faut du courage et surtout rester calme sinon ici ça y va à la récompense... Non mais je suis tombée où????? J'avais des souvenirs d'un cadre très strict mais là, c'est trop. Je vais exploser...

Enfin, regardons au positif: il y a la grippe partout dans l'hôpital sauf dans notre service.

Je suis dans une chambre à deux lits mais suis seule depuis hier midi. je vois dehors les travaux impressionnants au dessus de l'oncologie. Pour l'instant je n'ai pas le soleil en pleine gueule.

que dire d'autre de positif?

A bientot

Mathilde.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>