Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Caire, Tahir ou pas Tahir, on crève quand même

par mathilde

publié dans commentaires actualité

Le Caire à feu et à sang

 

Quand j’ai écrit l’article sur le Caire de mon coeur, je ne savais pas que quelques jours après Le Caire est à feu et à sang. Manifestations, guerre de rue entre les manifestants et la police; hier on reportait des pillages et des milliers de balles réelles contre ceux qui sont dans la rue. L’Egypte du bas mutine? Des palpitations qui battent très fort à l’intérieur en sortant de chez soi? Et pourtant on soutien les manifestants. Moubarak est dans de sales draps. Malgré la dissolution du gouvernement, rien ne change dans la rue. Rien à perdre, tout à redire, enfin non parce qu’on ne l’a jamais vraiment dit. Voir le peuple se soulever et devenir l’ennemi public numéro un, ca doit être terrible. Sa famille est déjà en Angleterre et il a nommé un vice-Président, dans les quartiers sous haute surveillance militaire.Mais puisque la montagne n’est pas venue à Mohamed, c’est Mohamed qui... car les frères musulmans, principaux opposants au régime agitent la foule et encourage à la démonstration de rue.

 

Aujourd’hui c’est l’armée qui fait parade autour et sur la place Tahir, principal lieu de manifestation. Tout le reste du Caire est... vide ou fermé (on n’entre plus dans le Musée ni autour des pyramides de Gizeh. Des milliers de touristes ont pris d’assaut l’aéroport du Caire. Les stations essences, les grands magasins sont vides ou fermés. Les rues sont désertes ou sont barrées par des militaires ou des milices formées par quartier pour éviter le pillage. 20 millions d’habitants dont une bonne partie tapie chez elle, comme ma tante ou mes cousins. Un homme rapportait que tous avaient fait le plein de nourriture chez eux mais qu’il n’y avait plus de pain au Caire.

 

La «caisse de résonance» de l’Orient est en ébullition. Mais il faut que cela se passe vite:

Les touristes, principale ressource financière de l’Egypte ne se sentent plus en sécurité. Des millions de personnes vivant du tourisme n’ont plus rien eux qui déjà en moyenne vivent avec 80 euros par mois. Il faut que ca aille vite car les médias commencent à être muselés (même Al Jésira) et même les chaines internationales pour ne pas mettre le feu aux poudres dans d’autres pays voisins encore. L’Egypte était l’ambassadrice de l’Orient. Que va-t-il se passer si, comme le prédisent certains, il va dans les heures prochaines, avoir un véritable massacre place Tahir? sans aucun témoin?

 

Comment une chose pareille peut-elle se produire encore aujourd’hui? Quand j’ai entendu «muselage des médias», j’ai pensé à la Chine ou à la Corée du Nord. Mais pas l’Egypte!

Je suis déçue et embarrassée par ce qui se passe là-bas: Un homme ne veut pas lacher le pouvoir et une économie déjà à la sauce «Jenga» bien branlante risque de payer le prix très fort. Stop aux violences de la part du gouvernement. Stop à cette hémorragie terrible et asseyez-vous pour parler sérieusement ou dégager sérieusement. L’homme de la situation est un homme qui était encore il y a quelques semaines inconnu des Egyptiens: Mohamed El Baradei, Prix Nobel de la Paix en 2005 et directeur général de l’Agence Internationale de l’énergie atomique (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_El_Baradei 

pour plus de précisions). Il est poussé par les frères musulmans sur la place Tahir et avec un mégaphone parlait à la foule amassée en fin d’après-midi.

 

Soupir, que va-t-il bien pouvoir se passer maintenant, outre une ou des démissions ou un bras de fer inégal entre armée et manifestants. Les Etats-Unis demandent une «transition en douceur». Gageons qu’ils sauront convaincre toutes les parties concernées, vite. Le temps est un délire de Jenga. Pour l’instant, la tour tient à peine. Il suffit d’un pion renversé pour que tout s’écroule.

 

Mathilde, le 30 janvier 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article