Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la poussière et l'éternité

par mathilde

publié dans la flamme de Mathilde

La poussière et l'éternité

Humilité. Toujours.

 

Histoire 1: Dans le jardin d'Eden, Dieu a parlé à mon mari avant que je n'arrive. Il lui a raconté comment Il l'avait formé de la poussière, (et même de la glèbe pour la version Chouraqui) et qu'Il lui avait insufflé la vie et c'est alors qu'il devint un être vivant (Gen.2.7). Ensuite il lui raconta comment Il m'avait tirée de sa côte (ou de son côté) afin que je devienne semblable à lui (égaux en droit et en devoir, même si nous n'avions dès le début pas les mêmes tâches ni les mêmes responsabilités). On était heureux au jardin de Dieu, ca oui! Tout y était merveilleux. Aucunes souffrances, aucunes peines, des délices partout et tout le temps. Ah le bon temps…

Mais voilà, Dieu nous avait demandé de ne pas manger à un seul arbre, celui de la connaissance du bien et du mal. Il savait bien ce qu'Il faisait Dieu! Mais nous ne le savions pas, nous n'avons pas obéi. J'ai été la première à m'y intéressé, attirée par un serpent magnifique et si gentil! Il parlait avec douceur et était vraiment très convainquant. Moi, j'aime les discours convaincants! Et puis, ce serpent-là, il m'a flatté, il me disait des choses que je voulais entendre… aujourd'hui, je le regrette amèrement, mais sur le moment, c'était fort agréable! Du coup, non seulement j'ai désobéi en mangeant du fruit défendu, mais j'ai poussé mon mari à en faire de même. Oh, j'ai pas eu besoin de le pousser bien fort: le serpent savait aussi comment le prendre pour le tenter. Mais je pense que si je n'avais pas craqué, peut-être que mon homme n'aurait pas craqué non plus… enfin, c'est fait maintenant…

 

Dieu s'est fâché tout rouge. D'abord contre le serpent: tu mangeras de la poussière toute ta vie! (Gen. 3.14). Puis ensuite, Il nous a rappelé à tous les deux d'où on venait: poussière tu étais et poussière tu retourneras! (Gen.3.19). Aïe!

 

On a erré des années, loin du paradis sur terre… Adam a dû travailler. J'ai accouché dans la douleur… et dans mes rêves me reviennent sans cesse des images de colosses de sables qui s'écroulent sous le vent violent d'un désert physique et émotionnel…

 

Histoire 2:

Mon oncle est un homme vraiment très croyant. Il a tout quitté pour suivre une voix qui lui disait de partir. Il m'a tellement impressionné que je l'ai suivi, par curiosité. Parfois, il me parle de ses prières et de ses rencontres avec son Dieu. C'est fou! Pourtant, il a beaucoup de richesse, mais devant son Dieu, il se compare à de la poussière pour oser Lui parler (Gen. 18.27). Son Dieu semble content de lui, car Il lui a fait une immense promesse parait-il: "Ta descendance sera aussi nombreuse que les grains de poussière de la terre (Gen. 28.14). Bon, je sais pas si ce n'est pas une allégorie car mon oncle et ma tante n'arrivent pas à avoir d'enfants. Je me demande bien comment sa descendance, s'il y devait y en avoir une (eh oui, il a déjà 80 ans!) pourrait être si nombreuse… enfin, Abram, lui, y croit. Il a bien un fils né d'une servante, Agar; mais Dieu, après la naissance d'Ismaël, lui a redit qu'il lui promettait une descendante de Saraï, sa femme. Bon, l'espoir fait vivre… l'histoire nous le dira bien, dommage, je ne serais plus là pour le voir…

 

Histoire 3:

Je fais partie des soixante-douze envoyés par le Maître! Il nous a demandé d'aller avant lui dans les villes qu'il souhaite visiter, quel privilège. On a tous reçu des instructions précises: partir deux par deux, ne rien emporter avec nous, ne pas s'arrêter en chemin pour tailler une bavette avec tout le monde, entrer dans la ville et s'installer chez quelqu'un qui nous accueillera. D'abord, je n'ai pas très bien compris pourquoi il nous a dit de ne pas passer de maison en maison, mais maintenant qu'on est sur  le terrain, je comprends: dès que les gens savent que nous sommes arrivés, tous veulent nous inviter! Mais nous gardons un QG afin d'être toujours joignables et c'est important parce que beaucoup de monde vient nous parler, nous demander des précisions sur Jésus, nous prier de visiter des malades. Nos hôtes, quand on est pas là prennent le message et c'est confortable comme cela.

Il nous est arrivé d'entrer dans une ville où personne ne nous accueille. C'est un grand moment de solitude, je vous assure! On nous jette des cailloux, on nous insulte et même certains veulent nous faire traduire en justice pour diffamation de la Parole de Dieu. Pas facile, je vous le dit! Heureusement, le Maître nous avait donné des instructions précises: si on ne vous accueille pas, secouez même la poussière de cette ville pour la leur rendre et continuez votre chemin (Mat. 10.14)! Et ce faisant, nous leur laissons leur responsabilité, nous pardonnons et nous allons plus loin, le cœur léger…

 

Un chant chrétien dit:

"Né de la poussière et d'éternité, j'ai vu la lumière, elle m'a racheté(e). Et le cœur avide de vraie liberté, j'ai suivi le guide nommé Vérité"

 

Rappelons-nous d'où nous avons été tirés

 

… rappelons-nous où notre corps va retourner.

 

 

Mais le plus important, c'est que notre âme est appelée à vivre… dans le cœur de ceux qui nous ont profondément aimés. A qpoussiere-d-or.jpguoi restons-nous attachés? À la poussière de cette terre? Ses biens, ses valeurs passagères? Ses désirs parfois séduisants? Ou à l'éternité dans la Lumière? Nous sommes si minuscules dans l'univers. Plus petits qu'un simple grain de poussière verticalement dans l’Histoire du monde et horizontalement dans nos relations dans cette vie. Quel miracle quotidien de se savoir en profonde paix avec soi-même d’abord, avec sa propre histoire pas toujours glorieuse et avec ceux qui nous sont chers, nous si petits et si uniques et merveilleux dans notre originalité. 

Mon cœur ce soir a juste envie de dire merci, merci et encore merci…

 

Écrit le Mardi 23 septembre 2008

 

Mathilde et son Dragon (logiciel)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article