Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gratte-papier

par mathilde

publié dans atelier d'écriture

Voilà déjà le stylo qui noircit la page blanche. Encrage. Elle n'a pas eu le temps de me faire peur ou de me bloquer. C'est parti tout seul. Seul, le stylo l'est sur cette surface docile qu'est le papier.

 

Il vagabonde au fil de mes pensées et envies. Cris. Il erre entre les lignes pour rapporter un peu de moi, sauvage. La ligne l'entraîne comme une mélodie, un slam. Beaucoup d'émotions en peu de mots. Haïku.

 

Les mots, eux, s'alignent aussi pour favoriser l'expression, artistique.

Soudain le stylo n'arrive plus à suivre. Les idées s'entrechoquent, vivants. Ils dépeignent une nature, poétique. Et si... Vas-y, ne t'arrête plus stylo, écris pour réhausser le papier peint de hiéroglyphes soigneusement choisis pour remplir la page. Noircie.

 

L'émotion va grandissante, quelque chose va naître. Existence.

 

On tourne la page et le stylo glisse. Jaillissement. De ce côté-ci la page blanche ne fait plus peur. Naissance d'un corps de texte.

 

La bille roule et l'habit rouge de sans du stylo habille l'évanescence d'un sujet favori. Essai.

Parfois, il nous conduit ver une morale. Conte. Chacune de ses turpitudes se lisent à travers des écrits différents. Roman.

 

Jamais la bille n'a été aussi libre de se provoquer en duel avec le papier. Liberté.

Enfin c'est l'osmose entre la feuille remplie de pourquoi et de comment à chaque ligne et entrechat. Pourquoi écrire? Pourquoi et comment se laisser aller? Jouissance

Quant à l'écrit politique, il se rit des quand-dira-t-on et se bat au chevet de la liberté d'expression.

 

Encore une autre page. C'est la fin. Début.

 

Croire que la bille va se fatiguer et la laisser gratter le fond blanc pour la calmer. Tranquilité.

Le coeur se vide de son contenu à partager au fur et à mesure que le stylo se sent avoir rempli sa mission. Quiétude.

 

Le rythme devient plus lent, les idées plus claires. Eclaboussement. Le stylo se pose plus souvent pour me laisser réfléchir. Tourments. Il va s'arrêter dès qu'il aura trouvé la chute. Evènement.

 

Dès qu'il aura trouvé la chute.

Dès qu'il aura trouvé la chute.

 

Il n'y a plus d'encre dans le stylo, c'est la fin des haricots.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Et j'ai valsé dans le sillon de vos mots... dans le tourbillon de vos idées... La griffure sur la page, cicatrice de tout ce qui se pense... J'aime énormément ce texte: BRAVO
Répondre
M


oui, je suis assez contente de ce texte. J'en écris d'autres pour tenter des variations sur le thème mais je crois que c celui que je vais publier dans le webzine... Merci de vos encouragements